Eleve du mois : Sandie (ep. 2)

IMG_2436Si vous suivez les élèves du mois, vous connaissez déjà Sandie. En plus de sa dévorante passion pour la pole Sandie avait un rêve un peu fou. Et cette année elle l’a réalisé. Nous lui laissons la parole pour qu’elle nous raconte ses aventures.

 

Tout plaquer et partir à la conquête du monde… 
C’était le projet de Fred quand je l’ai rencontré, il rénovait son voilier dans un chantier nautique de Vannes pour partir en tour du monde sur les mers.
Rapidement le projet (et le marin bien sûr!) m’ont plu. J’avais toujours rêvé de partir voyager et l’aventure était tentante (même si j’ai le mal de mer).

 

Au bout de deux années de rénovation, »Diskabel » était prêt : deux cabines et deux salles de bains, un « carré » (salon) avec télévision et bibliothèque (livres et films) et une cuisine toute équipée ! Dans un voilier de 12 mètres chaque espace est exploité. Nous avons aussi à bord deux kayaks gonflables, une planche à voile, un hamac, un kit surf mais aussi des cannes à pêche et un harpon pour pouvoir pêcher à la traine (dorade coriphène, thon, bonite le plus souvent) ou en apnée (langouste, araignée de mer, poissons perroquets …) … et bien sur un violon et une guitare :)

 

… Restait le plus dur : larguer les amarres!!

 

Nous avons traîné quelques mois avant le départ car il n’est pas si simple de sortir de sa zone de confort et de quitter travail, famille, amis, confort et mode de vie. Le plus délicat : vendre un de mes deux salons de coiffure et organiser une gérance à distance pour l’autre.

 

IMG_2434
De plus entre le début du projet et sa mise en place, je m’étais passionnée pour la pole dance !
Au bout d’un an de pratique, mes séances de sport à Pole Dance Angers m’étais devenues indispensables, c’était mon nouveau challenge. Alors pas question de tout perdre !

 

J’ai donc mis mon marin au défi de monter une barre de pole sur Diskabel. Nous avons acheté dans une scierie une barre en inox (ce qui a fait marrer pas mal de gens!) de 4 mètres de haut et de diamètre 42 pour une centaine d’euros et nous la hissons à l’aide d’un « tangon », de cordages de bateau et d’une petite fixation amovible sur le pont, à la proue du bateau.

 

IMG_2433

 

C’est un peu de travail : environ 20min de montage et de démontage, désoxydages réguliers de la barre (à cause du sel de mer) et je ne peux bien sur pole qu’au mouillage, impossible et bien trop dangereux en navigation.
Mais quelle sensation!!
Du haut de ma barre j’ai l’impression de voler au dessus de la mer…

 

IMG_2431

 

Comme la barre est amovible, nous l’emmenons parfois sur les plages où nous la plantons dans le sable et la fixons sur un cocotier à l’aide de cordage. C’est une expédition à chaque fois mais poler sur les plages des Antilles, des Sans Blas au Panama, ou sur les îles désertes des tuamotus (en Polynesie) c’est quand même super chouette! Dans ces moments là il ne manque que mes copines de pole… ;)

 

Le mois prochain nous partirons en Nouvelle-Zélande pour 3 semaines en camion aménagé , nous n’irons pas plus loin car le retour s’amorce pour juin 2018 et nous devons déjà faire demi-tour, toutes les bonnes choses ont une fin et le travail nous attend.

 

IMG_2436

 

En voilier il nous faudra quelques mois pour rentrer du Pacifique (Diskabel est à Tahiti actuellement) en prenant en compte la saison des cyclones qui risque de nous retarder, sans compter les escales de repos et de ravitaillements.

 

J’aurais mille histoires et milles anecdotes à vous raconter…
Tous ces copains-bateau avec qui nous avons sympathisé et avec qui nous nous serrons les coudes dans les moments difficiles (mais aussi avec qui nous trinquons au rhum aux escales!), la gentillesse et la générosité des gens que nous rencontrons, les plongées merveilleuses avec les requins, les tortues, les dauphins, les napoleons, les épaves d’avions ou de bateaux, et des poissons un peu bizarres dont je ne soupçonnais même pas l’existence, les navigations avec les dauphins qui jouent avec la proue du bateau et qui animent une journée de pleine mer, les magnifiques jardins de coraux , les lagons, les couchers de soleil du grand large, l’immensité du monde tel qu’on la ressent sur un bateau, la sensation merveilleuse d’être seuls au monde en amoureux et de se suffire à nous-même , la confiance indispensable l’un en l’autre, les « quarts de nuit » de 3 heures où on se sent si seule et si vivante la nuit quand on veille, le mal de mer aussi , les doutes parfois, souvent, le manque des amis, de la famille … mais la sensation de vivre quelque chose de précieux et d’exceptionnel.

 

Comme le disent si bien les marquisiens :
« ça ne se raconte pas, il faut le vivre »…

1 commentaire sur “Eleve du mois : Sandie (ep. 2)
  1. Bonjour Sandie,

    C’est Cécile de l’institut a Segré, qu’elle ne fut pas ma surprise en vous découvrant dans ma boîte mail…. Je ne sais pas si mon message vous parviendra. Mais je vous souhaite une belle et merveilleuse aventure, profitez, vivez, apprenez et aimez…..
    Au plaisir
    Cécile
    L’ instant de Soie à Segré

Comments are closed.